La rentrée scolaire est une transition qui implique beaucoup de stress et d’adaptation pour la majorité des familles. C’est une réalité encore plus présente lorsque notre enfant vit quotidiennement avec des défis. Peu importe qu’il vive avec des troubles d’apprentissages, un TDAH, de l’anxiété, une dyspraxie, la fébrilité de la rentrée rime souvent avec inquiétude, crampes au ventre, opposition, fragilité émotionnelle. Comment réussir à faire de la rentrée scolaire un moment où notre enfant se sentira bien afin que dès le premier matin notre petit chéri arrive dans la cour d’école avec une étincelle dans les yeux et non le dos voûté ? Je vous ai préparé quelques petits trucs pour y arriver.

Savez-vous qu’il est possible de contacter la direction de l’école pour pouvoir aller visiter la classe de votre enfant et peut-être rencontrer son futur enseignant quelques jours avant le début de la rentrée ? C’est une bonne manière de calmer ses inquiétudes et ses angoisses. Il pourrait même voir où sera son pupitre la première journée et où sera sa place dans le vestiaire. Pour certains enfants, le trajet entre sa classe et la salle des toilettes, qui sera différent de la dernière année, peut être anxiogène. Vous pourriez prendre le temps de l’aider à refaire ses points de repère. Profitez de cette occasion pour glisser un mot à la direction sur votre intérêt de rencontrer rapidement les intervenants de l’école afin d’établir un bon plan d’intervention adéquat pour votre enfant. 

Un truc que je donne aux parents, est de préparer une enveloppe contenant les principales informations sur votre enfant et la remettre à son enseignant. Dans cette enveloppe, vous pourriez inclure les diagnostics qu’il a reçus, le dernier plan d’intervention, un portrait (ce qu’il aime, ce qu’il déteste, les interventions à préconiser et toutes les particularités de votre petit trésor). Un autre élément que vous pourriez y intégrer serait un document comprenant le nom et les coordonnées de tous les intervenants qui gravitent autour de votre enfant tel que l’ergothérapeute, l’orthophoniste, les médecins spécialistes… Vous devrez, par contre, donner votre autorisation, le cas échéant, si l’enseignant voulait entrer en contact avec eux. Pensez à envoyer un petit mot aux enseignants spécialistes, comme celui d’anglais ou d’éducation physique, si vous voulez les informer des défis de votre enfant. Vous seriez surpris de constater qu’ils ne connaissent pas nécessairement tous leurs étudiants vu le nombre élevé d’enfants qu’ils côtoient par semaine. 

Pour préparer la rentrée proprement dite, essayez de voir ce qu’il y avait de difficile l’an passé afin d’y apporter les correctifs nécessaires. Avez-vous besoin de revoir les routines, l’organisation des devoirs, réaménager l’entrée en y ajoutant des crochets pour les sacs, des bacs bien identifiés pour les effets personnels de chacun ? Vous pourriez également réaménager votre garde-manger pour favoriser l’autonomie de votre enfant afin qu’il puisse vous aider dans la préparation de ses lunchs et de ses collations. Profitez de ce début d’année pour intégrer de nouvelles habitudes. 

Finalement, faites de la rentrée un évènement festif. Je sais que l’achat des effets scolaires fait apparaitre un trou voisin d’un cratère lunaire dans votre budget, mais gare à ce que votre enfant se sente coupable du montant de la facture. Laissez-les choisir quelques articles qu’il aime, comme le motif d’un portfolio par exemple. Investir dans des duo-tangs en plastique s’avère une bonne option puisqu’ils sont moins délicats et leur durée de vie est grandement supérieure à ceux en carton. Presque aussi agréable que lorsqu’on étale les provisions de bonbons amassés lors de la tournée d’Halloween, étiquetez les effets scolaires avec votre enfant afin de lui permettre de vivre un moment agréable avec vous. Ainsi, il s’appropriera peu à peu son matériel scolaire et il aura peut-être un peu moins de chance de l’égarer dès la première semaine…

La veille de la rentrée, préparez les sacs, les vêtements et tout ce que vous pouvez prévoir à l’avance. Le matin du jour J, levez-vous un peu plus tôt pour cuisiner le petit déjeuner préféré de votre enfant ou, mieux encore, préparez-le tous les deux durant le weekend précédent.  Il sera peut-être fébrile, voire anxieux. Prenez le temps d’être présent pour lui. Essayez d’avoir un matin où le stress et le sentiment d’urgence ne sont pas au rendez-vous. Si possible, allez le reconduire à l’école pour l’accompagner dans ce moment important. Rappelez-vous vos rentrées scolaires. Comment vous sentiez-vous ? Il a besoin de vous en ce matin si spécial. Une autre action qui pourrait l’aider serait de lui permettre d’aller diner avec vous en cette première journée. Quoique certains voudront, dès le premier jour, établir la routine quotidienne de l’école. Le soir, pour terminer cette journée bien spéciale, pourquoi ne pas préparer le souper préféré de votre enfant? Surtout, soyez disponible pour qu’il puisse vous raconter sa première journée.

La rentrée scolaire est une période génératrice de plusieurs émotions, mais je suis convaincue que ces trucs pourront vous aider. 

 

Magalie Lebrun, Conférencière et coach familial – www.magalielebrun.com – magalie@magalielebrun.com