On a l’impression que le TDAH est un sujet à la mode. Que les diagnostiques se multiplient et qu’on les trouve facilement dans le fond d’une boite de céréales. Par contre, quand on commence à se questionner sur notre propre enfant, qu’on remarque qu’il se distingue des autres par des comportements qui nous questionnent, on en vient à se demander ce qui peut clocher chez lui, comment l’aider, vers qui se tourner.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il y a de réelles balises qui encadrent l’émission d’un diagnostic. Il n’y a que les psychologues, les neuropsychologues, les médecins, les super-infirmières et certains conseillers d’orientation qui peuvent poser un diagnostic. Ils se basent sur des critères diagnostiques très précis qui seront observables par les parents, mais aussi par d’autres adultes présents dans la vie de l’enfant tel une éducatrice ou une enseignante. Ces derniers doivent être présents depuis plus de 6 mois pour être certain qu’ils ne sont pas attribuables à un évènement vécu. 

Dans le trouble d’attention, il peut y avoir de l’hyperactivité, comme il peut ne pas y en avoir du tout. Il y a plusieurs interventions et adaptations que nous pouvons mettre en place pour accompagner les enfants dans leurs défis. En fait, il faut avoir en tête qu’on doit répondre au défi en particulier. Si votre enfant a besoin d’organisation, de canaliser son énergie, s’il perd ses choses… C’est à ce défi que vous devez apporter une astuce pour l’aider.  

Voici plusieurs de mes trucs préférés pour certains défis que peuvent vivre les familles avec des enfants composant avec le TDAH.

  • Quand on est prêt à partir le matin, votre enfant cherche ses mitaines, son sac de gym, sa boite à lunch… Mettez dans votre entrée une boite dans laquelle tout sera rangé. Et quand je dis rangé, ça peut aussi être lancé! Mais l’important, c’est que votre enfant prenne l’habitude de tout y mettre, même sa boite à lunch une fois prête. Vous pouvez mettre des doubles de mitaines, les cache-cous. Quand on sera prêt à partir, tout y sera. Une occasion de moins d’avoir des conflits au départ.
  • Votre enfant perd ses effets personnels? Les identifier est surement le meilleur truc. En plus d’être plus facile de les retrouver, ils seront plus facilement repérables puisqu’au fond, un crayon à la mine ressemble vraiment à un autre crayon à la mine.
  • L’enfant hyperactif à un réel besoin de bouger pour répondre à son besoin. Leur proposer au moins 60 minutes d’activité physique est ce que recommande l’agence mondiale de la santé. Bouger et même bouger avec eux peut être réellement bénéfique pour eux comme pour vous.
  • Tout à sa place et une place pour tout. Je pense que c’est un autre de mes trucs préférés. Identifier l’endroit où le choses seront placées aide vraiment pour le rangement. Un peu comme si l’abstrait était structuré. Que ce soit sur les tiroirs de la commode dans leur chambre ou encore dans la salle de jeu, plus les choses sont identifiées et rangées à leur place, plus ce sera facile pour tout le monde.
  • Routine, routine, routine. C’est une des clés. C’est mon truc préféré. Les routines peuvent aider et rendre autonome. Il s’agit de segmenter en petites étapes une tâche qui peut paraitre énorme. Que ce soit pour les devoirs, pour faire le ménage de la chambre, pour les matins, pour le moment avant le dodo, chaque moment de la journée qui peut être problématique pourrait faire l’objet d’une routine.  
  • Un autre bon truc est de rendre tout visuel. Vous savez combien des calendriers familiaux peuvent être importants. Faire prendre cette habitude à vos enfants en leur montrant comment utiliser un calendrier ou un agenda, qu’il soit papier ou virtuel, leur permettra de développer un outil qu’il pourra utiliser pour la vie. Vous pourrez aussi lui enseigner à utiliser les alarmes et les listes pour ne pas oublier les choses importantes.

Le plus important quand on vit dans une famille qui compose avec le TDAH est de cultiver l’estime de chaque personne, autant celle des enfants que celle des parents. Il peut être difficile de composer avec le quotidien familial cacophonique qu’apporte trop souvent ce diagnostic. On doit garder en tête que chaque enfant est unique et qu’en leur proposant plusieurs adaptations et outils, ils deviendront des enfants, des adolescents, des adultes accomplis qui réaliseront de grandes choses!

 

Magalie Lebrun, Éducatrice spécialisée, conférencière et coach familial – www.magalielebrun.com – magalie@magalielebrun.com