“Est-ce que je peux apporter mes coquilles?” est devenue une phrase courante dans notre famille depuis quelques mois. J’ai eu envie de vous en parler parce que j’ai mis tellement de temps à me décider avant d’en acheter. Et pourtant, je suis tellement heureuse de l’avoir fait.

Je savais que ma fille n’aimait pas les bruits forts et j’avais mis en place des solutions pour l’accompagner là-dedans. Malgré mes efforts pour concilier ses besoins, il restait des situations où le niveau de bruit lui causait des inconforts. Le jour que j’ai acheté cette paire de coquilles, je n’étais pas sûre si ça allait vraiment avoir un impact. J’espérais vraiment qu’elle se sente plus à l’aise dans les atmosphères bruyantes comme au restaurant. Je ne me doutais pas que ces coquilles allaient fonctionner si bien qu’elles changeraient ma vie familiale.

Le bruit c’est quelque chose qui peut sembler banal. Nous vivons entourées de bruits de toutes sortes et la plupart des gens n’en sont pas incommodés. Pour certains enfants (et adultes!), le bruit dérange. Le bruit les agresse carrément même parfois. On peut avoir l’impression que nos enfants exagèrent quand ils se plaignent de leur sœur qui chante ou de la radio dans l’auto. J’ai l’impression que c’est encore tabou un peu de porter des coquilles antibruit et d’assumer qu’on a besoin d’un filtre, d’atténuer l’ambiance pour être bien. On a tendance à ne pas y accorder suffisamment d’importance alors que ça peut affecter le confort de nos enfants dans la vie de tous les jours.

(…)
Cet été, nous étions dans une piscine à vague avec nos enfants. Chacun portait une veste de sauvetage. Ils étaient près de nous et ça allait bien, les enfants s’aidaient de leurs bras pour absorber les vagues. Tout à coup, une forte sirène. Celle-ci sert à mettre les gens dans l’ambiance et à annoncer que les vagues vont augmenter. Elles provoquent généralement de l’excitation, c’est l’objectif.

Une forte sirène. Immédiatement, par réflexe, je vois ma fille qui se bouche les oreilles de ses deux mains. Occupée à se défendre contre l’agression auditive, elle en oublie la vague qui arrive et est renversée par celle-ci. Tout ça se produit en quelques secondes, et heureusement elle est vite rattrapée par l’adulte qui la surveillait.

Je vous le raconte pour vous expliquer à quel point le bruit peut être une véritable agression pour certains. De quelle façon ça peut déstabiliser complètement une personne sensible. Moi, ça m’a ouvert les yeux.

Nous avons d’abord acheté une paire, puis peu de temps après une deuxième paire à la demande d’un autre de nos enfants. C’est là que la magie a opéré. Plusieurs sources de conflits au quotidien ont été atténuées par leur utilisation. Les coquilles sont utilisées en déplacement dans l’auto alors que la proximité des enfants peut rendre le niveau sonore dérangeant. C’est ce qui m’a étonné : ça a eu un grand impact sur les relations dans la fratrie.

Elles ont permis une solution à l’éternelle chicane causée par l’enfant qui veut chanter et l’enfant qui ne veut pas entendre chanter. Nos enfants plus sensibles aux bruits sont plus heureux d’être au milieu de leur fratrie parfois bruyante en sachant qu’ils peuvent, au besoin, contrôler le niveau sonore. Nos enfants plus verbomoteurs ont retrouvé la liberté d’être dans le son sans subir les plaintes de leur fratrie.

Je ne me doutais pas de tous les changements que pouvait apporter ce simple outil dans nos vies. Maintenant, mes enfants ne se bouchent plus les oreilles avec leurs mains, ils courent chercher leurs coquilles et continuent à jouer. Nous avions peur que les coquilles les isolent, mais c’est bien le contraire, ils sont désormais davantage parmi les autres.

 

Zoé Leblanc